Comment se passe un dépistage ?

La consultation médicale

La consultation de dépistage est essentielle car les stratégies de dépistage des polypes et du cancer colorectal sont différentes selon que le risque de développer ce type de pathologie est moyen, élevé ou très élevé. Et c’est votre médecin traitant qui, après vous avoir interrogé et examiné, détermine votre niveau de risque donc le dépistage qu’il vous faut. Un risque « moyen » est une indication à la recherche de sang dans les selles, préférentiellement dans le cadre de la campagne de dépistage pour ses gages de qualité. Un risque élevé ou très élevé est une indication à la coloscopie en première intention, selon les modalités définies par un gastro-entérologue.

Le test Hemoccult II®

Si votre risque est « moyen », votre médecin vous remet un « kit » de dépistage qui comprend, avec un mode d’emploi détaillé, l’ensemble du matériel nécessaire à la réalisation de ce test à domicile. Le test Hemoccult II® est le test au gaïac qui est, à ce jour, retenu pour l’organisation des campagnes de dépistage en France. Une fois le test fait, vous le postez dans l’enveloppe T prévue à cet effet pour un acheminement direct vers le centre de lecture des tests.

Tout savoir sur le test Hemoccult II®
Voir le mode d'emploi (PDF)

Les deux lectures du test

Le centre de lecture agréé pour la campagne de dépistage interprète le test dans les 24 heures après réception. L’interprétation est assurée simultanément par deux techniciens formés et entraînés à cet exercice pour une optimisation des résultats.

Les résultats

Environ 3% des tests sont jugés ininterprétables pour des raisons qui tiennent à leur réalisation (prélèvements débordant des cadres par exemple) ou au dépassement des délais de lecture (15 jours maximum entre le 1er prélèvement et la lecture du test). Dans ce cas, la personne est prévenue du problème par courrier et un nouveau test lui est envoyé directement chez elle.

Dans plus de 90% des cas, le test est négatif, ce qui signifie qu’aucune présence de sang n’a été décelée dans les échantillons de selles analysés. Un test est déclaré négatif si les 6 cadres prévus pour les échantillons sont tous négatifs. La personne et son médecin traitant sont informés de ce résultat par courrier. La lettre de résultat précise la nécessité de faire un nouveau test dans deux ans (une invitation Aprémas est programmée 22 mois après la date de réalisation du dernier test -ou la dernière invitation- entre 50 et 75 ans). Il est également souligné que la survenue d’un signe digestif anormal doit, malgré un test négatif, entraîner immédiatement une consultation médicale.

Dans 2 à 3% des cas, le test est positif, ce qui signifie la présence de sang dans les échantillons de selles analysés. Un test est déclaré positif si un seul (a fortiori plusieurs) des 6 cadres prévus pour les échantillons est positif. La personne et son médecin traitant sont prévenus par courrier. La lettre de résultat positif indique au patient la nécessité de consulter son médecin traitant pour une prise en charge adaptée, notamment une orientation vers la coloscopie. Une vérification de ce résultat en refaisant un nouveau test est inutile et même dangereuse car un contrôle négatif (lié à l’intermittence des saignements) pourrait, à tort, rassurer le patient.