Le cancer colorectal : un problème de santé publique

Chaque année, en France, il est diagnostiqué environ 36 000 nouveaux cas de cancer colorectal. D’après les estimations, ce nombre pourrait augmenter et atteindre 45 000 en 2020.

Le cancer colorectal en France Évaluation 2002 à 2004 - INVS Janvier 2006

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez l’homme, après le cancer du poumon et le cancer de la prostate, et le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, après le cancer du sein. Le cancer colorectal est rare avant 50 ans puis son incidence augmente rapidement, plus vite chez l’homme que chez la femme. L’âge moyen lors du diagnostic est de 70 ans. Fréquent et potentiellement grave, le cancer colorectal est accessible à la prévention et au dépistage.

La prévention du cancer colorectal passe, dans l’état actuel des connaissances, par des recommandations touchant à l’hygiène de vie : augmentation de la consommation de légumes, réduction de l’apport calorique global, augmentation de l’activité physique. L’effet protecteur de l’aspirine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens ne contrebalance pas les risques liés à leur utilisation prolongée. Conférence consensus

Une seconde voie pour prévenir le cancer colorectal est de dépister et de traiter les polypes adénomateux avant qu’ils ne se transforment en cancer. Comme le dépistage des polypes et celui des cancers relèvent de la même stratégie, dépister les cancers colorectaux permet également de les prévenir.

Enfin le dépistage permet une diminution drastique de la gravité des cancers. Un cancer localisé détecté par le dépistage s’accompagne d’un taux de survie à 5 ans de 60 à 100% alors que les cancers diagnostiqués tardivement ont des taux de survie à 5 ans qui peuvent tomber à 5%.